Le quartier Saint-Sulpice: la vie en vert

Profiter de la tranquillité sans perdre en accessibilité, c’est possible ? Voici 7 avantages de vivre dans le quartier Saint-Sulpice selon ses résidents.
Partager
Un plex de Saint-Sulpice.

Creuset résidentiel à la fois calme et verdoyant, le quartier Saint-Sulpice se situe dans la portion sud-est de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, près des stations de métro Sauvé et Crémazie.

« C’est un secteur principalement composé de plex, dit Giovanni Mercurio, 63 ans, à propos des environs du parc Saint-Simon-Apôtre, où il est propriétaire d’un duplex.

L’Italien d’origine a effectué un retour aux sources à l’aube de la retraite, en rachetant la maison de ses parents. Ce qu’il aime de Saint-Sulpice ? « C’est le quartier de mon enfance. Chaque rue m’inspire un souvenir. »

L’arrivée de Nadget Benlaouedj est plus récente. Cette mère de famille d’origine algérienne habite le secteur depuis 8 ans avec son mari et ses deux enfants. « J’adore ce quartier, c’est tranquille et sécuritaire », lance-t-elle, enthousiaste.

En plus des plex, on trouve dans Saint-Sulpice des petits ensembles de copropriétés dans un secteur très boisé près du collège André-Grasset. Les acheteurs d’unifamiliales trouveront de jolies maisons construites dans les années 1960 près du parc Berthe-Louard. Ce dernier doit son nom à l’une des grandes figures du mouvement coopératif à l’origine de cet ensemble de maisons détachées qui ont permis à des centaines de ménages à revenus modestes de devenir propriétaires à Montréal.


De l’espace en pleine ville

Il ne manque pas d’espace dans Saint-Sulpice. Chaque été, Giovanni cultive un jardin dans sa grande cour verdoyante. Tomates, salades et artichauts en quantité. Comme il ne peut tout manger, il distribue ces victuailles aux voisins et à son locataire. On veut un tel voisin près de chez soi !

Nadget, qui est locataire dans un quadruplex, bénéficie d’un stationnement privé pour ses deux voitures à l’arrière de l’immeuble. Un stationnement qui devient aréna quand les enfants du quartier décident d’y jouer au hockey.


Les parcs et espaces verts

Nadget se décrit comme une « mère poule ». Elle n’aime pas beaucoup que ses enfants jouent dans le stationnement. Elle préfère les emmener au parc Henri-Julien. Les parcs, ce n’est d’ailleurs pas ce qui manque dans Saint-Sulpice. Giovanni fréquente pour sa part le parc Saint-Simon-Apôtre où il fait du bénévolat auprès des enfants. Non loin, il y a aussi le boisé Saint-Sulpice et le parc du Complexe environnemental Saint-Michel dont une première section sera inaugurée en 2017.


Les écoles

Ahuntsic est reconnu pour la qualité de ses écoles, tant privées que publiques : on n’a qu’à penser aux collèges Ahuntsic, Bois-de-Boulogne, André-Grasset et Mont-Saint-Louis.

En arrivant dans le quartier, Nadget a eu la surprise de découvrir à quelques rues de chez elle une école primaire à vocation scientifique, l’école Fernand-Seguin. Après quelques examens, son garçon y a été admis, à sa grande satisfaction.

Le collège André Grasset

Le collège André Grasset.
Source : 
Frédérique Ménard Aubin


Le transport

« On est une famille très active, on aime bouger et partir à la campagne », lance Nadget. Ça tombe bien. Le quartier Saint-Sulpice est encadré au sud par l’autoroute 40 et à l’ouest par l’autoroute 15. On peut donc rapidement sortir de la ville.

Le bus et le métro demeurent tout aussi accessibles. « Les stations Sauvé et Crémazie sont à 10 minutes de chez moi, dit Nadget. Mon mari, qui travaille à Boucherville, a pris l’habitude d’y aller en transport en commun. Donc, on est assez bien desservi. » Sans oublier la nouvelle gare Sauvé sur la ligne du train de l’Est pouvant rallier plusieurs lieux d’emploi entre Montréal et Terrebonne-Lachenaie.


La rue Fleury

Tout quartier montréalais qui se respecte possède sa rue commerçante. Au nord de Saint-Sulpice se trouve la rue Fleury, jalonnée de cafés, de restaurants, de boulangeries, de librairies, mais aussi d’arbres et de verdure.

« C’est à peine à 10 minutes de chez moi ! », dit Giovanni, qui aime faire le détour lors de ses promenades quotidiennes.


Les infrastructures sportives

Le quartier Saint-Sulpice est le quartier de prédilection des sportifs avec le centre Claude-Robillard, le nouveau stade de soccer, le Taz et le parcours Gouin un peu plus au nord. Le centre Claude-Robillard est un des sites qui a accueilli les Jeux olympiques de 1976. Gamin, Giovanni se souvient d’y avoir « espionné » les entraînements de natation avec ses camarades.

Le centre bénéficie de toutes les installations pour s’entraîner et pratiquer des sports individuels ou d’équipe. C’est également le lieu de rencontre des familles qui participent aux Jeux de Montréal. C’est le cas du garçon de Nadget, qui pratique l’athlétisme.

Centre sportif centre Claude-Robillard

Centre sportif centre Claude-Robillard.
Source : 
Frédérique Ménard Aubin


Le Marché central

Pour Giovanni, il y a deux marchés : celui de son enfance, où les fermiers venaient vendre fruits et légumes. Et le Marché d’aujourd’hui, avec un lot impressionnant d’entrepôts et de commerces en tout genre.

Ainsi, les résidents de Saint-Sulpice n’ont rien à envier aux banlieusards avec leurs centres commerciaux. Et puis : « C’est à 5 minutes de chez moi », souligne Giovanni. En voiture ? « Non, à pied ! »