Un foyer à leur image

Quand leur fils Charles est né en octobre 2014, Mélanie et Patrick étaient prêts. Fonder une famille était en effet l’une des motivations qui les avait poussés à acheter leur duplex à Lachine, il y a trois ans.
Partager
Famille de Lachine dans leur cuisine.

Ce qu’on remarque en arrivant chez eux, c’est la tranquillité du quartier, situé à côté d’une petite rue commerciale. Ensuite, on ne peut s’empêcher d’admirer leur cour, un immense espace vert d’environ 2 500 pieds carrés.

« On a une cour sans les tracas de comité de condo », commente Patrick.

Les bons côtés d’un duplex

La famille occupe le rez-de-chaussée de l’immeuble, tandis qu’un locataire demeure au deuxième étage. Un scénario idéal, selon le couple, car il facilite les paiements de l’hypothèque.

« Être propriétaire en ayant un locataire, ça revient moins cher parce qu’on a un loyer qui rentre », explique Patrick.

Mélanie est designer d’intérieur, Patrick estimateur pour un entrepreneur général. Avant d’emménager dans leur propriété, ils louaient un cinq et demi à Montréal-Est. Mais l’idée d’acheter un duplex pour le rénover a germé dans leur tête.

Un coup de pouce de la Ville

Suite à une petite recherche sur Internet, Mélanie a trouvé de l’information sur le programme « Rénovation à la carte » de la Ville de Montréal, qui subventionne les rénovations résidentielles. Elle a rempli le formulaire en ligne, et peu de temps après, un inspecteur a évalué leur projet et l’a jugé admissible au programme.

Grâce à cette aide financière, qui a couvert une bonne partie de leurs dépenses, Mélanie et Patrick ont pu installer de nouvelles fenêtres et faire réparer la brique extérieure. Ils ont aussi effectué de gros travaux dans la cuisine, isolant à nouveau la pièce, en plus d’installer de nouvelles armoires, un évier flambant neuf, des planchers chauffés ainsi que des lumières encastrées. La subvention n’a pas pu couvrir les rénovations du sous-sol, mais elle leur a permis d’entamer le projet. Le couple a ainsi fait poser un nouveau plancher en contreplaqué et installé un éclairage moderne.

Pour l’instant, les travaux sont terminés. La famille n’a plus qu’à profiter du foyer qui leur ressemble, et de son placement géographique idéal.

La vie en ville, le travail en banlieue

Étant situé près de plusieurs autoroutes – la 15, la 20 et la 13 – le couple n’a besoin que d’une petite demi-heure pour se rendre au travail : Laval pour Patrick, Boucherville pour Mélanie, actuellement en congé de maternité. Patrick et Mélanie habitent également à quelques minutes de deux ou trois épiceries, du Carrefour Angrignon, et un beau parcours riverain offert dans le Vieux-Lachine.

« Le quartier est bien desservi par les autobus », précise Mélanie, citant l’Express (491), qui se rend à la station de métro Lionel-Groulx.

Le couple souhaitait absolument rester en ville, et c’est ce que Lachine lui a permis de faire.

« La maison possède un cachet un peu vieillot », déclare Mélanie.

« Ça ressemble au Plateau, mais en moins dispendieux », conclut Patrick.


VOUS FAITES PARTIE DE CES HEUREUX PROPRIÉTAIRES QUI ONT MIS LA MAIN SUR LE CONDO, L’UNIFAMILIALE, LE DUPLEX OU LE TRIPLEX IDÉAL ? 

FAITES-NOUS PARVENIR VOS COORDONNÉES À INFO.HABITER@VILLE.MONTREAL.QC.CA ET NOUS COMMUNIQUERONS AVEC VOUS POUR RECUEILLIR VOTRE TÉMOIGNAGE.

Autres articles sur :